AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 love hotel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage
Kage
Etudiant / Admin
avatar

Nombre de messages : 3555
Age : 25
Sort avec : Une grande perche
Tic de langage : Si j'veux !
Date d'inscription : 15/10/2005

MessageSujet: Re: love hotel   Dim 12 Fév - 16:03

Kage alla chercher à tâtons ses vêtements, les yeux à moitié fermés, avec le visage endormi par un gros câlin. Tout en remettant son pantalon, il s'approcha de Kaze, l'étreignant par derrière (lalala *innocence*), embrassant timidement son cou.
Il mit un petit moment à assimiler ce qu'il observait, et puis jeta un coup d'oeil à Kaze.


- Tu aimes tant ces trucs-là ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daigaku.goodforum.net
Kazeshi
Invité



MessageSujet: Re: love hotel   Dim 12 Fév - 16:36

Il se demanda pourquoi il se sentait vaguement mal à l'aise à la question de Kage. Il se tourna vers lui et fit un grand sourire qui respirait l'innocence (ué XD).

" Mais.... non pas du tout... je me demandais juste à quoi ça sert... "

Il réfléchit un instant avant de dire une connerie.

" Dis on reviendra ? "

Il l'embrassa avant de partir en riant dans le couloir.

> aéroport.
Revenir en haut Aller en bas
Kage
Etudiant / Admin
avatar

Nombre de messages : 3555
Age : 25
Sort avec : Une grande perche
Tic de langage : Si j'veux !
Date d'inscription : 15/10/2005

MessageSujet: Re: love hotel   Mer 6 Déc - 18:56

[We are back ! Uwahahaha !]

Arrow Beaucoup de petites choses XD

Un certain temps s'était passé, en réalité. Il avait passé un an à Daigaku, avait passé l'été chez ses parents, et puis était revenu comme si de rien n'était, pour sa 2ème année. En outre la dernière de Kaze, n'est-ce pas ? Il tâchait de ne pas y penser, restant détaché en allant en cours et que l'on parlait de l'examen final des plus vieux de l'internat. Qu'est-ce qu'il n'aurait pas donné pour être un petit génie, sauter deux classes et pouvoir partir avec son amoureux à la fin ? Mais non, lui restait. Fête du Tanabata pour fêter l'anniversaire de l'école, en remplacement d'Halloween qui avait eu lieu l'année dernière. Kazeshi n'avait pas osé répliquer face à son yukata de fille qui lui faisait fièrement face. Pourtant il était tellement cute dedans ! Non ? Si.
Un certain temps s'était passé, oui. Il avait abandonné l'idée d'aller chez le coiffeur un jour pour restituer une coupe de garçon à son visage. Les mèches violettes tombaient doucement sur ses épaules, provoquant des coups d'oeils étonnés de la part des élèves, ou même des nouveaux qui se demandaient si c'était bien un garçon.
Un certain temps s'était passé... Et les bonnes habitudes avaient la vie dure. Soit un petit Kage de 17 ans tirant un grand Kaze de 19 ans avec un sourire sur les lèvres, ou plutôt l'aidant à avancer encore plus vite. Le love hotel était rentré dans leurs moeurs. Peut-être qu'ils appréciaient l'endroit pour les choses qu'ils ne pouvaient pas trouver à l'internat, même certainement. Un samedi matin trop évocateur pendant les cours, et le samedi après-midi le porte-monnaie expirait. C'était comme ça que ça se passait, ou bien c'était le dimanche.

Le jeune homme observait les machines d'un air désinvolte, les mains dans les poches, peut-être pour ne pas montrer leur fébrilité dûe à son excitation de retourner dans un lieu à bons souvenirs XD.

- Kaze ?

Il attrapa la grande main de son petit ami, l'attirant dans son dos, souriant face à la chaleur de son corps. "Tu guides ma main ? ^_____________^" Et hop hop, les doigts sur la machine. Choisis, je t'en prie, je te fais cette grâce aujourd'hui.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daigaku.goodforum.net
Kazeshi
Invité



MessageSujet: Re: love hotel   Mer 6 Déc - 21:32

C'était toujours aussi gênant pour lui de faire le chemin vers le love hotel. Ha non pas ce mot *-* c'est comme si les passants devinaient où tu allaient rien qu'en le pensant. Si seulement tu pouvais te cacher, te fondre dans un mur... hé mais en en plus... non c'est pas une bonne idée. Bon alors.... bin sourit tiens toi droit et tout ça.

Une fois dans le hall ça allait mieux. Ce qu'il se sentait bête d'avoir stressé pendan le trajet. Un coup d'oeil à Kage devant. Lui avait l'air désinvolte. "Tu viens chéri on va faire les magazin?" "Tu viens chéri on va s'envoyer en l'air." c'était la même chose que voulez vous.
Tressaillement.
En plus c'était un peu désagréable de savoir ce qu'on alait faire, forcément parce qu'on venait ici. Ca enlevait le charme, l'effet de surprise le naturel (*auteuse qui se fait assomer* herm). Pendant ce temps, le temps que l'auteuse meuble de la place donc XD Kaze prenait une fixette sur les cheveux de Kage. Il ne pensait pas quelque chose de particulier, et des fois fixer un point vidait le cerveau, ce qui calmait relativement assez bien.

- Kaze ?

La preuve il n'a même pas sursauté. Coup d'oeil. C'était pas le truc pour... choisir la chambre ça? Non >< non ne rougit pas.
Il tenta de se concentrer sur... sa tache. Choisir une chambre. Choisir une chambre. C'est que c'était vachement pervers comme action. Il avait déjà décidé d'éviter la chambre noire avec des ustensiles.... dangereux dirons nous. Oui il y avait des souvenirs dans cette chambre. En parlant de souvenirs moi je me souviens d'un acte baclé pour un avion >.> tein on va compter les choses dont on doit se venger *w*
Temps d'arrêt. Est ce que Kage avait quelque chose à lui reprocher? Non pas qu'il craignait la naine violette mais... enfin XD un peu quand même. Pendant ce fabuleux temps de reflection, sa main, elle même sur celle de Kage se déplaçait à l'aveuglette, et à un moment, aussi involontairement que c'eut put l'être (wow XD) une chambre avait été choisie.
Sueur froide.
Qu'est ce que c'est.... ?
Il n'eut pas le temps de regarder sur la console, déjà son amoureux le traînait vers la chambre indiquée. Hééééé.
Un fois la porte ouverte.... il fut un peu rassuré. La chambre entière avait une matelas épais et moelleux en guise de parquet, avec des draps disposé dans tous les sens sur ce lit immaculé. Tout un mur était remplacé par un paravent en papier de riz, ouvert sur un jardin du style japonais, avec une petite mare et beaucoup de verdure. Une brise fraîche agitait le tout. Ca ressemblait plus à une salle de repos en fait. Kaze enleva ses chaussure et s'assir donc... par terre. Il s'enfonça un peu, c'était comme s'il n'y avait pas de sol en dessous. Il leva les yeux vers son partenaire et sourit.
C'était assez innocent comme cadre. Sa main glissa sur un draps qui se trouvait là. Il le considéra avec curiosité. Une extrémité semblait sortir d'un trou dans le matelas, et il avait beau tirer ça ne se décrochait pas. Et le matelas était encombré de "rubans comme ça" en fait ça ressemblait assez à des chaînes.
Oups.
[*auteuse avec une auréole part en sautillant*]
Revenir en haut Aller en bas
Kage
Etudiant / Admin
avatar

Nombre de messages : 3555
Age : 25
Sort avec : Une grande perche
Tic de langage : Si j'veux !
Date d'inscription : 15/10/2005

MessageSujet: Re: love hotel   Dim 17 Déc - 19:10

Le jeune Kôgakome sourit en devinant la gêne occasionnée pour son petit ami, celle de venir ici suivant des envies peu catholiques, celle de savoir d'avance que ça allait se passer bizarrement. Il s'en fichait un peu, dans le sens où de toute façon, Kaze finissait toujours par aimer se retrouver là (*baf* maisheu xD). Un léger sourire s'inscrit sur ses lèvres lorsqu'une main chaude se posa sur la sienne, obéissant à un ordre à peine formulé. Il aurait presque juré qu'elle était moite... Il laissa sa tête reposer sur l'épaule derrière lui le temps que sa main se fasse promener le long de l'écran. Le jeune homme regardait à peine les chambres défiler, en fait, il se foutait aussi un peu du cadre du moment qu'il pouvait assouvir les envies qui lui venaient - mais non, quand même pas le déshabiller dans le hall, ça ne se ferait pas... Valider. Okay, okay... Validé. Youpiii...
Il ne laissa pas une minute de répis au grand garçon derrière lui, se retournant brusquement en lui tapotant l'épaule pour lui indiquer de le suivre. Pas de réaction tout de suite. Alors il lui empoigna l'épaule, l'obligeant à se baisser pour traîner des pieds derrière lui. C'est moi le maître, à ce que je sache. Son excitation n'était pas retombée en entrant. Les yeux rouges avaient, bien entendu, capté immédiatement les choses intéressantes que la pièce lui offrait, et puis s'était penché sur les choses moins intéressantes. Genre ce jardin qui ne servait à rien. En plus on allait bientôt être Noël, à part leur faire attraper la crève ça ne ferait pas grand-chose.

La chose violette se retourna d'un air de danseuse, faisant tourner ses cheveux et ses bras d'une manière entre la provocation et la crétinité la plus totale. Dans le même temps, son visage sourait de toutes ses dents, une certaine façon de cacher le plus profond de ses pensées, soit quelque chose de pervers. Le pauvre Kaze en face en train de se rendre compte que ce qu'il tenait allait certainement servir à l'attacher lui donnait envie de rire. Ce qu'il fit d'ailleurs, sautant littéralement sur son partenaire improvisé pour être bien plus près.

- Tu as bossé avant j'espère...

C'était dit avec un petit air supérieur, celui qu'ont certains profs ou bien Hermione Granger, au choix. Ses sourcils froncés donnaient l'impression de quelqu'un d'assez sérieux et "ne rigolant pas sur ces choses-là", d'ailleurs. Un doigt fin vint tapoter sur le nez de son colocataire, alors qu'il plongeait son visage dans le cou de Kaze, laissant émerger une simple touffe violette.

- Parce que...

Ses lèvres se pressèrent contre un petit bout de peau entre le menton et l'épaule.

- ...je ne te laisserai pas partir avant longtemps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daigaku.goodforum.net
Kazeshi
Invité



MessageSujet: Re: love hotel   Dim 17 Déc - 20:05

[X]


[auteuse qui se reprend dans son délire du printemps et des vent chaud XD]
La porte derrière eux se referma. Elle serait impassable pendant les quelques heures pour lesquelles ils avaient payés. Vui c'est encore choupi qui avait décidé de prendre large. Un frisson lui parcouru le dos tandis que la porte coulissante donnant sur le jardin se fermait également. Ha juste pour le coup d'oeil? La chambre maintenant ressemblait à une de ces cellules où le sol et les murs étaient tapissé du même revêtement mou. Note qu'il n'était jamais allés dans une de ces choses mais comme tout le monde il avait regardé des films psycho dramatique un jour ou l'autre dans sa vie qui s'étandait à 19 ans désormais.
A part ça il n'eut pas le temps de tergiverser un peu plus, se fesant littéralement agresser par une chose bien plus petite aux yeux rouge.

- Tu as bossé avant j'espère...

Silence religieux. Le genre de question donc on ne sait pas quoi faire et qu'on préfère faire semblant de pas avoir entendu, ou oublier à l'instant. La suite serait sûrement plus interessante. Un doigt se posa sur son nez, il battit des cils.

- Parce que...je ne te laisserai pas partir avant longtemps...

Il eut un sursaut et avala une bouffée de vide quand la bouche de son chirwi commença à attaquer sa peau. Ses lèvres étaient tièdes, sa langue chaude et l'air sur sa peau humide était froid. Il soupira et ferma les yeux. Une de ses mains se glissait doucement sous la chemise de Kage caressait la peau du bout des doigts seulement, cheminant jusqu'a la poitrine et au tétons qu'il cherchait à atteindre, tandis que l'autre supportait encore son poid et celui de son amant.
Deux de ses doigts se refermère sur la petite chose dressé et jouèrent un moment avec (... on parle bien de la même chose hein ? XD), puis la mains vint se coller complètement au torse du jeune homme, le goûtant du creux des paumes, ne se contentant plus les rudes caresses du début. Pendant ce temps il bougeait lentement ses cuisses et ses genoux, de façon à entremeller suffisament ses jambes avec celles de son amant.
Ca y était.
Leurs bassins se rapprochèrent, se frôlèrent seulement en un premier temps puis vinrent se trouver l'un contre l'autre. Il fesait déjà nettement plus agréable dans la pièce. Sa main qui l'éloignait encore du sol vint sur la nuque de son chéri tandis qu'il se laissait tomber sur le sol mou. Et si...
Il donna un léger mouvement de hanche, aidé par le mouvement il roula par dessus le corps pale du jeune Kôgakome. C'était un classique mais qu'est ce qu'il aimait ça. Resister un peu avant de se faire prendre. Et puis si finalement il devait rester seme... ça n'allait pas lui faire de peine non plus.
Caressant langoureusement les épaules de son uke, remontant dans son cou, il le gratifia d'un grand sourire, comme si le Kaze géné et timide laissait place une part de lui plus sûre d'elle et moins innocente déjà. D'autant plus qu'il avait de plus en plus souvent ce visage plus sur. Il chercha une secondes les iris sang et y plongea les siennes d'aléthyste, s'approchant du visage en face mais restant hors de portée des deux fines lèvres. Ca s'apellait aguicher. Pour ça son petit ami avait été le meilleur professeur.

- Oui regardes... j'ai bien appris mes leçons.

Avant de laisser le temps de répondre quoi que ce soit, il avait penché la tête pour l'embrasser. Un gros baiser la bouche ouverte avec une langue très balladeuse, le genre que les amoureux font dans les moments.... dans ce genre de moments. Ses mains elle parcouraient frénétiquement le corps soumis, s'affairant à défaire et retirer cette chemise. Dès que ce fut fait, il mit fin au baiser, relevant doucement la tête, regardant d'un air mi rieur /mi pervers les fils translucides qui les unissait encore (*syncope de l'auteuse* Kaze avec un regard pervers XD). Il prit le temps de passer le bout de sa langue sur ses lèvres puis se recula un peu pour prendre en bouche un tétons, tenant le torse de son Kage plus ou moins immobile. Lui prenait son temps (et son pied ? XD *se fait assomer*), fesant le tour avec sa langue, le titillant, le suçant, le mordant. il joua un moment avec avant d'une nouvelle fois se redresser, un demi sourire sur les lèvres, ses yeux balayant le corps sous lui à la recherche d'un nouvel endroit. Il fit glisser son bassin, l'ammenant au niveau du bas ventre de son petit ami et choisit de rester là, continuant son "inspection" tout en caressant les lèvres fine du pouce, les autres doigts lui tenant le menton un peu plus élevé.
Finalement il se pencha, ayant jeté son dévolu sur le cou et les alentours, la clavicule, les joues... tout ça....
Revenir en haut Aller en bas
Kage
Etudiant / Admin
avatar

Nombre de messages : 3555
Age : 25
Sort avec : Une grande perche
Tic de langage : Si j'veux !
Date d'inscription : 15/10/2005

MessageSujet: Re: love hotel   Mer 20 Déc - 17:19

Un petit frisson lorsque la main de Kaze se glissa sous sa chemise. C'est qu'il devenait... Non ça faisait assez longtemps maintenant que le jeune Yoru devenait entreprenant. En échange des doigts se promenant sur sa poitrine, des dents avides s'empressèrent de tirer sur le lobe de l'oreille kazienne (xD) proche, une langue d'en faire le tour avec plus ou moins de passion. L'échange équivalent. Lui était collé au cou de son amour, et en retour avait le droit à ses caresses. Sentant les jambes de son amant onduler, il répondit à cette sorte de demande silencieuse, abaissant son bassin en revenant à ses lèvres, ou plutôt sa lèvre inférieure qu'il mordillait à son tour. Le cadre ne l'intéressait plus depuis longtemps, juste son petit ami. En réalité ce n'était pas la peine de payer le love hotel, ça n'avait aucune utilité, c'était ça ? Hé bien si... Lui faire comprendre qu'il avait envie de lui là, maintenant, tout de suite.

Il ouvrit la bouche comme étonné lorsque son bassin fut entrainé au sol, et lui par la même occasion tombant un peu violemment sur cet espèce de matelas qui faisait les murs. Un poignet en l'air, les lèvres entrouvertes, les cheveux dans tous les sens. Jusque là, il avait prévu d'être seme, et ses plans se modifiaient. Le jeune homme ferma les yeux alors que ses épaules se faisaient caresser comme en petit supplément ou bonne introduction, serrant les dents lorsque les deux mains de son chéri remontèrent dans son cou. Leurs yeux se rencontrèrent, il se tendit presque en avant pour pouvoir l'embrasser et là... Trop loin. Il était juste trop loin, d'à peine 2 cm. Plus frustrant que jamais, c'est comme si une bouffée de colère s'était introduite dans son corps d'un coup, le réchauffant plus qu'il ne l'était.

- Oui regardes... j'ai bien appris mes leçons.

Il aurait voulu lui jeter un regard assassin. Mais ce fut à ce moment-là qu'il se décida à baisser ses lèvres, et Kage retrouva la bouche de son amant un peu brusquement, se collant tout contre elle, dans un voeu semblant être de l'étouffer avec sa langue pour faire passer l'affront - soit enfoncer la chose le plus loin possible dans la bouche de Kaze XD. Les gestes reprenaient, plus intenses et plus chauds, alors qu'un à un les boutons de sa chemise tombaient, laissant son torse à l'air. Et puis plus rien.
...
Deux bras pâles vinrent enserrer son partenaire lorsque son téton fut repris d'assaut. Serrer le plus fort possible, lui faire comprendre que là ils n'étaient plus rien, juste Kage et Kaze qui se donnaient l'un à l'autre. Ses doigts s'enfouirent dans les cheveux obscurs de son amant, une autre main se glissa sur sa nuque, descendant pour caresser la peau du dos sous le pull. Il avait totalement changé de configuration pour se glisser dans la peau du uke soumis. Lorsque la petite pression chaude et humide sur sa poitrine s'arrêta, il ne put s'empêcher de pousser un soupir comme de la frustration, ou un "non continue". Son visage ne semblait pas se retirer quant à la main qui le tenait, un pouce caressant machinalement ses lèvres et maintenant son menton un peu relevé, laissant le cou offert. Il tressaillit quand Kaze revint par là. Un tremblement dans tout le corps sous la secousse et la chaleur qui s'insinuait en lui.

- S...Stop...

Il s'écarta à moitié, laissant son cou hors de portée des lèvres qui le ravageaient à ce point. Un petit Kage les joues rougies, le regard voilé qui a trop chaud. Il se releva doucement, considérant son amant allongé sur le sol, et se résolut à revenir. Doucement d'abord, un peu hésitant, et puis il s'installa à califourchon... Dans le mauvais sens. Un 69 habillés ? XD C'est qu'il avait des idées tordues parfois. Ou qu'il préférait cela à être un soumis. Ses mains fébriles soulevèrent ce qui se trouvait devant lui, soit le bas du pull de son amant. Et il se pencha sur le nombril. Un coup de langue. Deux. Un bisou par ci, rentrer la langue par là. Et il se perdait en baisers, faisant doucement onduler son bassin sur le torse de son chéri, en baisers sur le ventre et les hanches. Le "stop" n'entrait plus en compte à partir de maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daigaku.goodforum.net
Kazeshi
Invité



MessageSujet: Re: love hotel   Mar 26 Déc - 13:07


Deux bras pâles enserrèrent sa tête et le pressèrent un peu plus contre la parcelle de peau rougie. Appuies pas si fort je vais te faire mal, pensa-t-il. Et en même temps il pensait quelque chose comme serre moi le plus possible, montres moi que je t'appartiens et que tu me désires. Puis ces morceaux de pensée s'envolèrent, il était seulement une entité, une entitée qui voulait donner le plus de plaisir et de bien être à l'autre entité juste sous lui. Ca et pas grand chose de plus. Il frissona en sentant les doigts de son amant écartes ses mèches, puis s'accoutuma à sa présence et se concentra de nouveau sur le corps qui à cet endroit abandonnait peu à peu son goût originel, "lavé" par sa salive.
Ce qui le mis un peu en déroute ce fut ce mot da Kage, injonction ou supplication il ne savait pas. Peut être qu'il ne suivait pas... noon venant de Kage ce serait étrange... et même si c'était le cas il voulait continuer, continuer à le dévorer même s'il suppliait en pensant le contraire. Ses lèvres restèrent où elles étaient, bien décidées à poursuivre leur ouvrage, mais le cou de son chéri lui échappa. Il se redressa en un instant, un peu coupable, un peu perdu, comme au sortir d'un rêve. Et une petite question angoissante qui se promenait. J'ai fait quelque chose de mal? Il chercha du regard le visage de son amant, attendant une réponse, un indice. Lorsque ses yeux se posèrent sur les joues rouges il regretta de ne pas avoir pu continuer. A présent il était aux aguets, attendait et se fesait docile. Il se retrouva (avec son Kagechou bien sûr) dans un position franchement déconcertante, inhabituelle et tout ce qu'on peut trouver comme adjectif qui vont dans ce sens.

D'un autre côté c'est bien d'inover... enfin bien sûr qu'il ne pensait pas ça sur le moment... plus tard peut être... mais revenons à l'instant présent. Il était de retour dans une position de soumis, Kage était assis sur son torse, pas commode pour bouger, et il s'amusait avec... enfin voilà... note : il ne pouvait même pas plier et déplier ses jambes en les crispant contre le sol... bin non ça se verrait. Bon... et moi je fais quoi dans tout ça? Il fit glisser ses mains sur les flancs de son n'amoureux torse nu, essya d'atteindre un téton. Ha. Bras trop court. Il eu un petit sursaut en réaction à ce qui se passait vers son nombril et un gémissement qui franchit ses lèvres sans qu'il ne s'en rende compte. Hé... c'est qu'il descendait...
Très bien son torse était hors d'atteinte, d'accord il ne pouvait pas voir son visage... il trouverait quand même un moyen de ne pas se faire oublier. Ses bras serpentèrent donc sur le haut des cuisses de Kage pour sans surprise se retrouver à triturer l'ouverture du pantalon. C'était d'un pratique... Il ne voyait pas ce qu'il fesait... Il ne se géna donc pas pour y aller à "taton" tout en tatant un peu tout ce qui se trouvait là. Smile. Il finit quand même, après avoir pris sont temps plus ou moins volontairement, par ouvrir le pantalon.
Et alors? Vu qu'il ne pouvait pas l'enlever en entier à quoi cela servirait-il ? Ses doigts parcourirent de nouveau cet endroit, cherchant un organe sous un autre tissu et jouant un peu avec. Il devanait fébrile, parce que pendant tout ce temps Kage était descendu encore plus... bientôt il ne pourrait plus faire grand chose d'autres que s'accrocher aux draps ne?
Revenir en haut Aller en bas
Kage
Etudiant / Admin
avatar

Nombre de messages : 3555
Age : 25
Sort avec : Une grande perche
Tic de langage : Si j'veux !
Date d'inscription : 15/10/2005

MessageSujet: Re: love hotel   Jeu 28 Déc - 17:38

Il sourit en silence en sentant le bras de son Yoru remonter sur son torse, pensant peut-être que ce serait aussi facile de cette manière de toucher à sa poitrine. Nooon, le but-même du jeu était que le Kôgakome soit à peu près maître de tout - il avait déjà testé ce genre de positions avec les gars qui l'énervaient dans le passé. Presque incapables de mouvements pour ne pas se mettre dans des postures compromettantes, ils finissaient par s'énerver et lui donner tout de suite ce qu'il voulait (de l'argent, beaucoup d'argent). Enfin... Le passé n'était pas quelque chose de bon à rabâcher, surtout qu'il ne désirait pour rien au monde en parler à Kaze, assez blessé comme ça (par le passé, justement). Ca avait été sa vie point barre. Maintenant il avait un copain stable dont il était amoureux.

La main aventureuse fut stoppée sous sa poitrine, et son sourire s'élargit. C'est bête, tu as le bras trop court, namour. Moi par contre, je peux te toucher partout où je veux. Le nombril de son chéri ne l'avait toujours pas lassé, en fait il attendait des gémissements, qui vinrent un peu après. Et puis il descendit sur le bas-ventre, au-dessus de son pantalon, juste au-dessus, l'abaissant un peu avec ses doigts pour faire serpenter ses lèvres au plus près de l'"intimité" de Kaze - plus très intime depuis le temps, tout ça. Son partenaire étant un être plus intelligent que tout ceux qu'il avait rencontré, il avait bien trouvé autre chose à faire avec lui, et sans détour tripotait tout ce qui se trouvait entre ses cuisses, sans doute à la recherche de sa braguette. Un élan de chaleur se répandit en lui lorsque le tissu se baissa, et l'humidité sur ses jambes vint vite le rendre visible. Arh... Il émit une sorte de grognement lorsque des doigts vinrent jouer sur son boxer, resserrant les cuisses, mais ne pouvant s'empêcher de rapprocher son bassin de Kaze. Envie fugace.
Il n'allait pas le laisser le dominer alors que c'était quand même KAGE qui était au-dessus ! Le jeune homme posa sans se presser la joue contre l'une des cuisses de son amant, papillonant des yeux. Alors comme ça tu es un peu gonflé d'ici ? Qu'à cela ne tienne, je vais t'aider. Bisou sur la bosse du pantalon. Mais... Ca va peut-être prendre un peu de temps...
Il pouvait très bien le faire attendre, après tout ils avaient réservé pour longtemps. Les doigts tirèrent sur la braguette de l'autre, juste assez pour rentrer la langue et dire bonjour au boxer. Coucou c'est moi. J'arriverai avec un peu de retard, attends-moi. Et la langue s'en alla, sans chercher à aller plus loin. Après tout, le pantalon lui aussi avait très bon goût, aucun problème à ça. Il ne fit pas attention au réchauffement immédiat de la partie qu'il léchait, sa décision était prise : le faire patienter un peu. Une main aguicheuse se mit à caresser son ventre, montrant tout le plaisir que prenait le seme à frustrer son uke.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daigaku.goodforum.net
Kazeshi
Invité



MessageSujet: Re: love hotel   Jeu 28 Déc - 18:36

Il sentit les cuisses de son amant se crisper un peu autour de son torse. Smile. Tu vois même comme ça je trouverais toujours un moyens de te rapeller que tu es "avec moi". Il continua donc à manipuler doucement ce qu'il avait trouver sous le boxer. Pas manipuler dans le sens de va et viens. Non plutôt "ça fait quoi si j'appuie là un peu?". C'était expérimental bien sûr mais étant donné la place stratégique de la chose, il concevait naturellement que cela ne pouvait procurer que du plaisir, ne cherchant pas (encore) à torturer son chéri.

Par contre lui ne se génait pas. non il ne se génait pas pour l'échauffer un peu plus puis le frustrer ensuite. Il ne pouvait pas savoir qu'il ouvrait sa braguette le moins possible mais il sentait bien la langue qui était juste venue se poser contre son boxer, la partie se trouvant en dessous répondant juste à l'appel, puis était repartie pour ne pas revenir avant un moment.
Les caresses étaient remontées à son ventre. Pourquoi le ventre? Non c'est si près. Tu veux pas... descendre un peu? Un grognement de frustration franchit ses lèvres tandis que ses mains arrêtaient leur ouvrage, sans lacher leur prise (pour la tenir au chaud *paf* TT). Il attendait, frissonant, gémissant quand il se fesait de nouveau allumer et soupirait de dépit. Qu'est ce que je dois faire pour que ça avance?
Petit soupir. Comment on construit une phrase simple déjà ?

- Kage? S'il te plait...

Ah s'il te plait quoi ? Décides toi à faire quelque chose sinon je prend ta place? Nan pas déjà les menaces. On va s'en tenir à la politesse pour l'instant.

- ...est ce que tu peux.... descendre plus... bas ?

Il fallait s'y attendre ce n'était pas très uniforme au niveau du souffle. Qu'est ce qu'on pouvait y faire. Ce pauvre petit Kaze-chan était passé jouet pour un Kage pervers et subissait ben son rôle... avec quelques petits écarts d'initiative soit.
Revenir en haut Aller en bas
Kage
Etudiant / Admin
avatar

Nombre de messages : 3555
Age : 25
Sort avec : Une grande perche
Tic de langage : Si j'veux !
Date d'inscription : 15/10/2005

MessageSujet: Re: love hotel   Ven 29 Déc - 18:11

Le Kage se contentait de sourire à chaque nouvelle tannée que se prenait son petit ami, espérant en vain qu'il passe à l'action. Non, non, pas maintenant, je veux déjà te voir te faire du mal. Dans le sens où tu es ma chose, et que je peux faire ce que je veux de toi tant que tu es en-dessous. Ayant accumulé un nombre terrifiant de notes en-dessous de la moyenne cette semaine et s'être fait remonter par une prof colérique simplement parce qu'il se limait les ongles en cours (je le vois bien faire ça <_< sik), il s'était levé de tellement mauvaise humeur ce matin que la tasse de thé brûlant était allée naturellement se fracasser dans le mur. Il était donc tout à fait explicable qu'il ait un tel comportement avec son amoureux - bien qu'il calme généralement ses crises de colère lorsqu'il était avec Kaze.
Il prenait donc tout son plaisir à se comporter en "bonne soeur", attendant avec un calme apparent que Kazeshi se lasse et débande. Ce qui n'arriva pas.

- Kage ? S'il te plait...

S'il te plait quoi ? Il attendit la suite avec un léger sourire dont lui seul connaitrait l'existence, le Yoru ne voyant pas son visage.

- ...est ce que tu peux.... descendre plus... bas ?

C'est qu'il lui faisait de l'effet en plus ? A entendre la voix hachée de son amant, son souffle entre deux bouts de phrase, lui semblait plutôt prendre son pied. Il se promit de lui demander s'il avait un peu mieux réussi sa semaine - ce qui ne devait pas être trop difficile.
Descendre plus bas donc. Le jeune homme s'amuse à faire papilloner ses lèvres sur le pantalon pour descendre jusqu'aux genoux, se foutant littéralement du monde. Aucune chance pour Kaze d'avoir des performances au lit aujourd'hui, il s'était rendu compte trop tard qu'il n'était pas d'humeur.
Mais... il ne voulait pas non plus s'attirer la colère de Kaze, quand même. Docilement, il remonta, retrouvant la braguette entrouverte qu'il écarta complètement avec lenteur, réfléchissant à ce qui pourrait plaire à son partenaire. En même temps qu'il pensait, il déboutonnait tranquillement ce qui tenait encore le pantalon du Yoru, le faisant descendre sur ses jambes. Et puis le boxer, aussi naturellement. Manque de romantisme, mais il s'en foutait. N'est-il pas un peu lunatique comme garçon ? Peu importe.
Il se pencha gentiment pour lécher. Si Kaze était un tant soi peu motivé, il demanderait de lui-même à ce qu'il le mette dans sa bouche. Descendre, et puis remonter jusqu'au bout... Ca faisait un peu ascenseur en fait. De nouveau un sourire - à quoi il pouvait bien penser des fois, il était complètement c*n ! [et nous clorons ce post faisant une avancée sur la psychologie de notre Kage-chan par un "on le savait déjà"]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daigaku.goodforum.net
Kazeshi
Invité



MessageSujet: Re: love hotel   Sam 30 Déc - 22:58

Ca devenait intenable la dessous. Le pauvre Kaze-chou étouffait littéralement de chaleur... et Kage qui.... jouait avec lui. Tiens finalement ce n'était plus pour prouver qu'il avait "envie de lui tout de suite" qu'il avait payé cette chambre?
Le pire ce fut quand son cheer partenaire descendit trop bas. Trop bas pour que ce ne soit pas fait exprès. Une autre bouffée de chaleur monta en en lui mais ce n'était ni du désir ni du plaisir. De la colère plutôt. Il se redressait déjà pour.. pour voir ce qu'il allait faire. C'est alors que la bestiole capricieuse se décida à remonter.
Tout aussi lentement il sentit son pantalon le quitter, puis son boxer et le membre torturé fesait surface.D'aillaurs 'on' s'amusait à le torturait encore plus, léchant comme on lècherait une glace.
... D'accord ça va j'ai compris.
Il se redressa un peu, non un tout petit peu il faut pas que ce soit brutal. Donc un tout petit peu en fesant attention à ce que Kage ne le remarque pas, pour mieux le prendre par les épaules et la plaquer au sol en dessous de lui.
Il refit ce qu'il n'avait pas fait depuis... très longtemps à savoir attacher son petit ami, mais à l'aide de ses mains cette fois. Ce fut vite fait de toute façon. Pas qu'il avait de muscle mais c'était surtout l'autre qui n'en avait particulièrement pas. Il se rallongea ensuite sur son... c'était quoi en ce moment? on en est plus aux surnom affectueux, sa proie, sa victime, son soumis? ha bon ça va alors.
Il chercha une épaule à mordre, un peu moins, beaucoup moins tendrement qu'il ne l'aurait fait d'habitude. Ca avait si bien commencé et là... t'as tout gaché.
Il colla son enrtre jambe brulante et mise à nu contre celle de son... soumis donc? Son pantalon avait glissé en bas de ses hanche et il avait toujours son sous vêtement lui, mais la chaleur passait aisément au travers. Est ce que tu comprend ce que tu as fait? Est ce que tu comprends ce qui va t'arriver?
Parce qu'on a beau être gentil, on a beau être cruchette il y a des fois où on a envie de s'énerver n'est ce pas? Surtout si on a une auteuse à penchants douteux.
Avec un pouce il remonta le long du torse et de la gorge, lui élevant le menton et descendit un peu goùter ce cou qui lui avait été interdit précedement, tandis qu'une main descendait jouer avec l'elastique en bas. C'était tellement mieux comme ça. Tout en maintenant fermement la tête de Kage -qui sait ce qu'il pourrait faire? pas grand chose assurément mais ne prenons pas de riques un pas grand chose peut être facheux- il monta mordiller un peu l'oreille avant de se redresser et de le regarder quelque secondes une pointe de cynisme dans l'oeil.
Revenir en haut Aller en bas
Kage
Etudiant / Admin
avatar

Nombre de messages : 3555
Age : 25
Sort avec : Une grande perche
Tic de langage : Si j'veux !
Date d'inscription : 15/10/2005

MessageSujet: Re: love hotel   Dim 31 Déc - 0:00

Il étouffa un cri de surprise, qui fut plutôt un bruit aiguë jeté comme ça dans l'air, se répercutant contre les murs, la peur et le glissement d'une situation qu'on ne maîtrise plus. Le plongeon en plein cauchemard. Au départ, il ne bougea pas, attendant que Kaze fasse quelque chose pour comprendre ce qui lui arrivait, et lorsqu'un premier lien vint s'attacher à son poignet, il commença non seulement à se débattre mais à émettre des "Non, arrête". Imméditament il avait su qu'il avait emmené son amant au point de rupture, et qu'il n'allait absolument pas jouer avec lui. Et immédiatement, il avait su qu'il n'avait pas envie que ça se passe comme ça, et avait commencé à se débattre. Une peur instinctive.
Jamais il ne se serait refusé à Kaze, mais là c'était différent, il se comportait comme un animal tout frêle pris au piège par le vilain loup.

- Ze... Ze-chan...

Et alors que leurs deux bassins se collaient, qu'il sentait son membre le toucher à travers le tissu de son boxer, venir effleurer son intimité désagréablement, lui il essayait de se rattraper un peu, de dire des petits noms tout mignons d'un air pitoyable, dans l'espoir que ça agisse un peu. Aucun plaisir, aucune chaleur, mais son partenaire semblait avoir passé outre le manque d'excitation de son soumis. La marque de la mâchoire de Kaze sur son épaule commençait à être douloureuse.
Il tourna la tête en fermant les yeux pour essayer d'échapper à la poigne du Yoru sur son menton, mais bien sûr que cela ne fit rien. Le jeune androgyne se retrouva la tête renversée en arrière, le corps tout offert au dominant et légèrement tremblant. Le coeur au bord des lèvres, il sentit une bouche chaude venir picorer son cou.

- Arrête...

Mais il y avait bien peu de chance qu'il lui obéisse docilement cette fois-ci. Voyez-vous il ne lui parlait même plus. Tenter de serrer les cuisses le plus possible pour l'empêcher d'enlever son boxer ? Impossible. Lorsqu'il croisa le regard de Kaze, ce qu'il lui rendit fut un air bien plus révolté que d'habitude, pas la colère mais plutôt la peur de la bête qu'on vient chasser, prête à mordre.

- Tu n'oserais pas faire un geste déplacé de trop, n'est-ce pas ?

Kage maintenant son corps le plus possible contre le matelas sous lui, tentant d'avoir le moins de contact avec le torse de son petit ami au-dessus. La sensation de son sexe trop près de ses cuisses le maintenant entre dégout et répulsion, et oui, quand il n'avait pas envie, il n'avait PAS envie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daigaku.goodforum.net
Kazeshi
Invité



MessageSujet: Re: love hotel   Dim 31 Déc - 0:21

Non il n'était pas devenu sourd. Il entendait toutes les supplications et l'expression de la peur de son partenaire. Et c'était autant de claques qui le ralentissaient et diminuaient son élan. Mais avec ça... superposé à la petite chose tremblante il y avait celui qui était pas loin de le torturer tout à l'heure. Alors...

" Désolé Kage... considère que tu as mérité ce qui t'arrives."

Il le pensait alors qu'il le disait. Tu as mérité ce qui t'arrives. Alors maintenant on ne fesait plus marche arrière. Allez Ze-chan, soit hypocriteet dis toi que ce de sa faute de toute façon. Et il ne pensa plus. Il refit ces geste de façon machinale, quelque peu géné par la résistance inhabituelle de son uke.
Résistance qui n'empécha pas un caleçon de se faire la malle.

- Tu n'oserais pas faire un geste déplacé de trop, n'est-ce pas ?

Little smile.

- Rien n'est plus déplacé maintenant... n'est ce pas?

Deux doigts vinrent s'introduirent quasi en même temps dans l'intimité de Kage. Il devait bien le préparer vu qu'il n'était pas consentant cette fois ci. Tchh... il était tellement crispé....
... >_> bah c'est lui qui aurait mal.
Il y a longtemps j'avais dit qu'une soir de pleine lune Kaze perdait les pédales, bin la j'ai pas besoin d'excuse... il a officiellement pété un cable. La preuve il viole son amant qu'il chéri plus que tout. Bientôt un troisième doigt rejoignit les autres dans le mouvement de va et vient, tandis que lui essayait de fermer les yeux sur toutes les choses qui étaient "moins bien" que d'habitude.
Lorsqu'il retira ses doigtsles cuisses se resserèrent aussitôt.
Soit... Il les écarta sans trop de problème, s'approcha en regardant le ventre de son soumis -ça fesait un moment qu'il ne croisait plus son regard- et le pénétra d'un de rein sec. Il ne voulut rien entendre et commença tout de suite quelques mouvements de hanches, voulant juste se libérer au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Kage
Etudiant / Admin
avatar

Nombre de messages : 3555
Age : 25
Sort avec : Une grande perche
Tic de langage : Si j'veux !
Date d'inscription : 15/10/2005

MessageSujet: Re: love hotel   Dim 31 Déc - 17:32

- Rien n'est plus déplacé maintenant... n'est ce pas ?

Kaze évita le regard du Kôgakome de peu, ce regard montrant un sentiment entre peur et dégoût. Comme s'il était face à un fou dangereux. Et pour preuve, des doigts s'introduirent en lui sans demander un avis quelconque, le forçant à serrer les dents. Et son petit ami qui ne le regardait même plus. C'était décidé, il avait la nausée. Il avait mérité ça quelque part, cette semaine ?
Sentant les doigts se retirer et devinant aussitôt la suite, il ne put s'empêcher de lâcher le nom de son amant dans l'air. Un dernier avertissement, un dernier appel. Si tu ne t'arrêtes pas, tu feras partie de ces autres qui ont si souvent profité de moi avant, de tous ces prétentieux se croyant assez bien pour faire ce qu'ils voulaient de moi.

Le cri d'un mort résonna dans la pièce fermée. S'il ne l'avait pas tué complètement, il y avait quand même du sang. Sur ses lèvres qu'il avait mordues, sur ses poignets tirant sur la mauvaise partie des liens. C'était comme si ses chairs se déchiraient subitement, qu'on le mettait à nu de la plus honteuse des manières. S'il avait pu bouger, il se serait accroché au cou du Yoru, mais pas pour l'embrasser, pour lui hurler qu'il était un traître.
La douleur se répandait déjà tranquillement dans ses jambes, et son ventre plus haut, l'envie de vomir le reprenait mais il hurlait trop pour se laisser aller au dégoût. Il lui faisait mal, il n'était plus qu'un sale égoïste. Comme les autres. Lorsqu'il sentit le corps de l'autre déverser sa saleté en lui, il tendit le corps en arrière, refusant de le toucher. Voilà, tu as eu un orgasme minable, Kaze. Il ne le regardait pas, restait tranquille et silencieux, la poitrine à peine soulevée de temps à autre.
Un mort tranquille. Un mort avec le sourire le plus méprisant de la terre aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daigaku.goodforum.net
Kazeshi
Invité



MessageSujet: Re: love hotel   Dim 31 Déc - 18:03

Voilà c'était fini. Fini. Ce mot résonnait dans sa tête avec un arrière goùt amer. Il ne voulait même pas voir, même pas voir ce qu'il avait fait. Il chercha ses vêtements presque à tâtons et se rhabilla très vite. Et après? Tu va faire comme d'habitude Ze-chan? Tu va fuir? Redéployer tes grandes ailes noires qui ne te servent qu'à ça dans ce monde, fuir les autres. Les autres qui te retrouverons de toute façon pour te prendre par les cheveux et te traîner en face de ta faiblesse. C'est pour ça que tu te donnes le droit de fuir? parce que tu sais que les autres serons là de toute façon pour te forcer à faire face à ta connerie?
Il voulait partir mais il ne bougeait pas. Il avait sa tête dans ses mains et ses mains qui se crispaient sur sa tête. Ses ongles s'enfonçaient dans sa peau lentement, rendu à moitié fou par une sorte de voix qui le détruisait de l'intérieur.
Enchanté, moi c'est ta conscience.
Oh qu'il avait envie de partir. Quelque chose appuyait sur sa tête, sur son ventre et sur sa gorge, lui donnant une désagréable sensation de nausée et il mourrait d'envie d'aller prendre l'air. Pourtant autre chose en lui l'empéchait de bouger, déjà une petite part qui lui disait "regarde en face ce que tu as fait" et une autre morte d'inquiétude qui lui criait que s'il partait récupérer Kage n'en serait que plus dur. Mince. C'est dans les moment de crise qu'on se rend compte qu'on n'est qu'une enveloppe vide contrôlé par tout un tas de sentiments.
Ses yeux glissèrent plusieurs fois sur Kage avant de pouvoir le regarder sans ciller. Sa nausée augmenta, angoisse, beaucoup d'angoisse. Mais tout ça n'apparaissait pas sur son visage non, son expression était même très détachée, quelque chose de froid et d'indifférent qui fixait avec des yeux violets ternes. Il ne se souvenait pas quand il s'était relevé, son point de vue n'en était que plus atroce.
Ses lèvres s'entre-ouvrirent. Un silence et un minuscule soupir qui ne s'entendit pas.

- Est ce que ça va?

Il ne savait pas trop pourquoi il disait ça, surtout avec un tel ton, quelque chose entre ennuyé et agressif. Quelque chose d'inhabituel pulsait en lui, et en même temps il sentait un poid, un vide immense. Cette pièce se fit soudain aussi opressante qu'un caveau. Un tombe où Kage était le cadavre.
On va faire un marché d'accord? Attends la réponse de ta question avant de te barrer ou quoi que ce soit d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Kage
Etudiant / Admin
avatar

Nombre de messages : 3555
Age : 25
Sort avec : Une grande perche
Tic de langage : Si j'veux !
Date d'inscription : 15/10/2005

MessageSujet: Re: love hotel   Dim 31 Déc - 18:45

Fin du [X]

Enlève-toi plus vite, lâche. C'est ce qu'il pensa quand Kaze se retira, la douleur faisant une nouvelle vague, une onde dans le corps pâle et fin avant de s'éteindre, restant un souvenir, une trace plus ou moins précise, plus ou moins encrée. Son bassin restait honte et avait cessé de bouger au moins, ses cuisses se refermant pour cacher tout ce qui pouvait être intime. Que personne d'autre ne se permette de regarder.
Il se sentait lâchement abandonné, là par terre avec quelqu'un qui se rhabillait sans lui jeter un regard. Comme s'il avait signé un papier "Je n'en ai plus rien à faire de Kage, au revoir." Tu vas me laisser au sol et partir sans te retourner ? Me laisser pleurer tout seul ?
Dès qu'il voyait les améthystes se rapprocher un peu de son corps, il essayait de capter désespérément un regard, mais il n'y avait rien. Comme s'il n'avait pas été présent dans la pièce, ou plutôt comme s'il était une chose dégoûtante, quelque chose de tellement laid qu'on n'osait pas le voir, un insecte.

- Est ce que ça va ?

Qu'est-ce qu'il devait répondre à ça ? Rien. Rien du tout, il ne répondrait pas à une question stupide dont on connaissait déjà la réponse, il resterait silencieux et attendrait qu'on fasse quelque chose de concret ou qu'on abandonne déjà. Non ça ne va pas, tu es entré en moi quand je ne le voulais pas, comme si je n'étais plus que ta chose. J'ai mal partout, près du coeur, sur les lèvres, aux endroits qui n'étaient réservés qu'à toi. J'ai envie de t'hurler de t'en aller, de dégager, de t'insulter de tous les noms que je connais, et je les penserai fort, ces mots.

- ...

Il bougea son corps, le tournant sur le côté, prouvant qu'il était bien vivant et au mieux que la voix de Kaze avait atteind ses oreilles. Serait-ce mieux de le regarder dans les yeux ou de les baisser avec la soumission d'un imbécile ? Il avait peur de lui, ce n'était pas son Kaze d'habitude. Peur et la sensation d'avoir été trahi. Mal. Sali partout, partout, et assez c*n pour l'avoir laissé faire. Mais lui, il ne fuirait pas, même avec tous les sentiments dans sa poitrine prêts à le faire exploser. Il avait même dans l'idée qu'il serait le dernier à sortir d'ici, et qu'il resterait longtemps sur le sol à moitié nu, tout seul. Larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daigaku.goodforum.net
Kazeshi
Invité



MessageSujet: Re: love hotel   Dim 31 Déc - 19:17

Il attendait le coeur au bord des lèvres une réponse qui au fil des secondes avait de moins en moins de chances de voir le jour. Il le fixait bêtement et chacune de ses respiration, chacun de ses silence lui fesait mal.
Il y a des contes où les baiser ressucitent et où les larmes dégèlent les coeur de glace. Les larmes qu'il voyait couler ne fesaient qu'achever la destruction de quelque chose d'immense à l'intérieur de lui. Comme un immeuble qui s'écroule. Au revoir envies vomitives et oppression. Je ressent plus rien maintenant. Mon corp est grand lambeau avec quelque chose de lancinant à la place du coeur. Les violé se sentent sales et honteux, il devait bien être le seul violeur au monde à partager leurs sentiments. Quelle ironie. Il avait beaucoup évolué au moins depuis un an c'était indéniable.
Et en silence il regardait les larmes couler. Moi ausis j'ai envie de pleurer. Merde. Te prendre dans mes bras et chialer jusqu'à ce que j'en crève. Il aurait voulu se scinder en deux, partir comme un voleur, se cacher dans un coin et laisser libre cour à tout ce fouillis qu'il ressentait, tandis qu'une autre partie s'occuperait de Kage. Parce que s'il ne le fesait pas, personne le fera, personne passera par ici et ne s'arrêtera pour aider ce corps pâle qui semblait disloqué. Alors c'était quoi le plus important? T'occuper de toi et de tes misérable sentiments ou l'aider?
Pas une seconde il ne s'était encore dit "je regrette d'avoir fait ça" nan... "je regrette que ça aie tourné comme ça" à la limite. Il se raccrochait à la colère qu'il avait ressenti plus tôt pour rester impassible, quelque chose pour empécher l'eau d'envahir ses yeux, raccroches toi à la colère. C'était quelque chose d'effrayant. C'est comme s'il sentait doucement sa tristesse et sa douleur quitter son corps, pour laisser place à un bloc de glace, un bloc de glace en mouvement qui pensait froidement. Il ne serait pas étonné si ses yeux avaient viré au bleu polaire.
Il s'approcha de la silhouette allongée par terre, tout en veillant à rester à plus d'un mètre. Il s'accroupit et pencha doucement la tête.

- Il faudrait te rhabiller... on va te faire soigner. Tu penses que tu pourra marcher.

Son ton était légèrement inquiêt, comme s'il n'était qu'une personne qui passait par là. Tu viens de te faire violer? Bah mince alors... ha si c'est bête je te plains. Cependant il n'y avait que quand il parlait qu'un infime portion de douleur perçait dans ses yeux. Il attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Kage
Etudiant / Admin
avatar

Nombre de messages : 3555
Age : 25
Sort avec : Une grande perche
Tic de langage : Si j'veux !
Date d'inscription : 15/10/2005

MessageSujet: Re: love hotel   Lun 1 Jan - 18:47

Cette fois-ci Kaze avait réagi, ce qu'il avait souhaité que ça arrive, enfin à moitié. Le fait qu'il ne veuille pas s'approcher de lui, qu'il lui parle comme à un inconnu le torturait bien plus que n'importe quel jeu qu'il aurait pu inventer pour faire languir Kaze. Pourquoi tu es si loin ? Tu me hais déjà, tu ne considères pas ça comme une erreur d'avoir tué ma confiance, est-ce que tu t'en fous ? Et au fur et à mesure qu'il pensait, qu'il inventait les opinions et ce qui se passait dans la tête de Kaze, ses larmes se faisaient plus grosses et une sorte de colère s'installait, l'aveuglant. Sa vue était brouillée, mais il distinguait plus ou moins ce que lui disait son amant. Son ex-amant plutôt, vu comme ils étaient partis.

- Il faudrait te rhabiller... on va te faire soigner. Tu penses que tu pourra marcher.

Tu oses ?
Tu oses penser que tu peux te comporter comme mon sauveur après ce que tu as fait ? Il ne dit rien une fois de plus, pensant des choses blessantes et méchantes qu'il ne prononcerait sûrement pas.

- Pas la peine d'aller à l'infirmerie.

Le jeune Kôgakome avait une voix plutôt sûre d'elle, malgré son état et l'expression de son visage, quelque chose de décomposé et sans vie aucune. En fait, la même voix que d'habitude, c'était son corps qui avait été abîmé. Comment veux-tu que je me lève, tu m'as attaché au sol pour m'empêcher de me refuser à toi. Son mépris se manifesta par le bruit des liens qui lâchaient subitement, dans un bruit entre le déchirement du tissu et l'explosion d'un ballon, manifestement sans que personne n'y touche. Immédiatement il ramena ses jambes contre lui, ne supportant pas qu'un regard le dévisage.
Se releva avec lenteur, remit des vêtements le corps souillé, et parla sans prendre la peine de se retourner.

- Je ne me suis jamais senti aussi bien, je suis célibataire.

Bam. C'est fini.
Il n'y aura plus de "nous", je ne veux plus te voir. Je ne veux plus savoir ce que tu penses ou ce que tu dis, ce que tu fais je m'en bats. Tu es juste un inconnu, un de ces bouseux qui partage ma chambre, je ne veux plus jamais penser à toi, plus jamais te regarder ou même t'imaginer. Mon corps se souviendra de toi, moi je t'ai déjà oublié, effacé les dernières traces de toi.
C'est fini. The end.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daigaku.goodforum.net
Kazeshi
Invité



MessageSujet: Re: love hotel   Lun 1 Jan - 19:48

Il regarda d'un oeil aussi neutre qu'il pouvait à la forme de son amant qui se relevait. Aussi neutre... maintenant le Kazechou ne pensait à rien. A rien. Juste qu'il allait l'emmener ailleurs et... veiller sur lui de son mieux. Même s'il devait s'en séparer pour ça et le laisser entre lesm ains de quelqu'un d'autre.

- Je ne me suis jamais senti aussi bien, je suis célibataire.


Il eut un sentiment fugace. Un coup de feu, un claquement de fouet. C'était sec. La pièce semblait s'être assombrie et n'avoir pas changé en même temps. Il avait l'impression d'avoir encore plus mal au coeur et en même temps un grand vide à la place. Une envie tellement intense de se volatiliser, de devenir une petite fumée dispersée par le vent. Mais non il restait là, bête, incapable de réponse. Choqué et en même temps... compréhensif. Oui t'as raison de me jeter après ça, mais nan en fait c'est trop cruel.
S'évaporer.
Non il s'était promis de le ramener alors... enfin ne serait ce pour se rassurer qu'il ne lui arrivera rien dans la rue. Qu'est ce que tu veux qui lui arrive de pire? Pfff t'es vraiment trop con.
Il se releva doucement et sortit de la pièce, attendant que Kage en fasse de même, marchant en fesant si peu attention au décors. Les yeux dans le vide il ressassait tout ce que la rupture de ce "nous" signifierait.
Une fois sortis de ce bâtiment, bâtment qui lui donnait des hauts le coeur et devant lequel il se promit de ne plus jamais passer, il se demanda où ils iraient. Enfin jusqu'où il allait l'accompagner. Jusqu'à la chambre?
Petit coup d'oeil.

- Tu veux aller où ?
Revenir en haut Aller en bas
Kage
Etudiant / Admin
avatar

Nombre de messages : 3555
Age : 25
Sort avec : Une grande perche
Tic de langage : Si j'veux !
Date d'inscription : 15/10/2005

MessageSujet: Re: love hotel   Lun 1 Jan - 20:49

Le silence répondit à sa "provocation", son éclat de colère de quelques secondes. Ainsi il s'en moquait vraiment, il partait déjà vers la porte. Un dernier lien entre eux se déchira rapidement, faisant monter sa nausée qu'il pensait oubliée à un point où il aurait vomi par terre s'il n'avait pas mis sa main devant sa bouche. Pas qu'il était dégoûté, mais une émotion lui tordait l'estomac, quelque chose de vraiment étrange, entre la libération et une angoisse profonde. Il ne le reverrait jamais - lui ne faisait plus même attention à Kage. Le jeune androgyne suivit l'autre silhouette, au moins encadré encore quelques instants de sa présence bien que lointaine. Love hotel hein ? On entrait ensemble et on repartait séparés, étrange comme bâtiment. Une douleur lancinante dans le bassin l'empêchait de marcher vite, et il avait la désagréable sensation que ses vêtements se collaient à l'endroit en question, que tout le monde pourrait voir ce qui lui était arrivé.
Une fois dehors, en plein décembre, ses joues se tintèrent de rouge comme son nez, ses lèvres se changèrent de la couleur de ses cheveux. Tout l'attaquait plus fort que d'habitude, le froid, le vent, l'odeur du dehors et des voitures. S'il avait voulu prendre l'air et bien c'était raté.

- Tu veux aller où ?

Pour nos derniers instants ensemble ?
Je te trainerai bien dans un endroit où il y a pleins de gens, qu'on te voie te faire jeter en beauté devant le monde entier, que ce monde entier sache que toi, Kazeshi Yoru, tu as gâché ton premier amour. Ensuite ce sera un au revoir.
Cette question lui rappelait leur premier "rendez-vous" improvisé, après s'être pris une cuite mémorable. Ils s'étaient fait jeter de la chambre partagée avec Vagem, et alors on lui avait posé ce genre de questions : tu veux aller où. Faire les magasins... Et leur relation avait commencé là.

- On retourne à l'internat.

Et elle finirait là où elle avait débuté.

Arrow Couloir des chambres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daigaku.goodforum.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: love hotel   

Revenir en haut Aller en bas
 
love hotel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
 Sujets similaires
-
» Le Nouveau Love Hotel
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» Cholera Hits Dominican Republic Resort Hotel Casa De Campo
» « CENTRAL PARK » New York i love you .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: A l'Extérieur de l'internat :: La Ville :: Hôtels-
Sauter vers: